Sélectionner une page

Michael Juret

Les ducs d’Angers et leur patinoire, la fierté angevine

Articles de Blog

Les déplacements du gardien de hockey

Les déplacements pour un gardien de but au hockey sont primordiaux. Cependant, contrairement à ce que l’on peut penser, la palette de déplacements d’un gardien de hockey n’est pas si étendue. Evidemment, le patinage avant et arrière est très important, mais il y a...

Depuis presque quarante ans, les Ducs d’Angers, club officiel de hockey sur glace, représentent la ville angevine lors du championnat de France.

Entre les victoires, les saisons plus décevantes, les changements d’entraîneurs, le club a vécu de nombreux rebondissements.

Malgré cela, il continue de bénéficier d’une certaine notoriété dans le monde du hockey sur glace. Et cela est en partie dû à la pugnacité de son président, Mickaël Juret. Ainsi, il nous dévoile sa vision du club et de son évolution au fil du temps.

Une belle évolution du club depuis 1982 à aujourd’hui

Des débuts encourageants

Le club a été fondé en novembre 1982, tout d’abord connu sous le nom de l’Association des Sports de Glace d’Angers, aussi appelé ASGA. Grâce à une équipe solide et un entraîneur performant, le club monte rapidement et parvient à gravir les échelons. A partir de 1986, le club atteint la Nationale 2. Et c’est en 1992 que l’ASGA obtient la 5ème place de l’Élite française, le plus haut championnat de hockey en France. Un an plus tard, le club se hisse à la 4ème place. En une décennie, le club est ainsi parvenu à obtenir le statut de club notoire dans le monde du hockey français.

Un classement stagnant à l’aube des années 2000

Durant plus de dix ans, le club connaît une forte descente dans le classement national. Entre 1996 et 2006, les ducs ne parviennent pas à dépasser la 5ème place. Malgré une stagnation durant cette longue période où les ducs oscillaient entre la 5ème et la 7ème, jusqu’à descendre en 13ème place du classement, l’année 2007 marque un tournant essentiel dans la vie du club. En effet, cette année-là, le club se hisse à nouveau à la 4ème place du classement, pour le plus grand bonheur de tous les membres du club angevin. L’année suivante, le club parvient à se maintenir dans le haut du classement et obtient la même position.

Les années 2010, un tournant vers la victoire

Les années 2010 marquent l’heure de gloire de l’équipe. Les ducs d’Angers arrivent second au championnat de France durant la saison 2009-2010, sur les 26 matchs joués, ils parviennent à sortir vainqueurs pour 18 d’entre eux. Suite à cette belle victoire, ils maintiennent leur statut en héritant de la troisième place durant deux années consécutives. Mais la véritable victoire a lieu durant la saison de 2012-2013 où ils décrochent enfin la première place du classement national. Cette année-là avait été marquée par l’arrivée de plusieurs nouveaux joueurs, reconnus pour leurs grandes qualités. Cette nouvelle équipe est ainsi parvenue à décrocher le titre de finaliste de la Coupe de la Ligue et de la Coupe de France. Depuis, l’équipe se maintient en haut du classement, sans décrocher de titre en Coupe de France.

Une patinoire qui a vécu l’histoire

La patinoire historique d’Angers est connue sous le nom de patinoire du Haras. Elle est située en plein cœur de la ville, dans l’Allée du Haras. Depuis la création du club des Ducs d’Angers en 1982, cette c’est même patinoire qui a accueilli les nombreux matchs joués chaque saison. Selon Michael Juret, elle avait été créée dans le but, de justement pouvoir monter une équipe de hockey angevine.

Cependant, la patinoire du Haras n’est pas seulement dédiée à l’activité du club de hockey. Elle est également ouverte au grand public. Ainsi, elle accueille de nombreuses activités diverses. D’une part, les personnes pratiquant un sport de glace s’y entraînent de façon régulière. Hormis les Ducs d’Angers, la patinoire propose des sports tels que le patinage artistique, le patinage de vitesse et la danse. Par ailleurs, la patinoire est accessible aux amateurs à d’autres horaires. Elle accueille ainsi des familles mais aussi des groupes scolaires.

Néanmoins, à cause de son fort succès, la patinoire se voit souvent très encombrée. En ne disposant que d’une seule piste, les plannings sont donc très serrés et son occupation est quasiment constante. Les premiers cours au sein de la patinoire débutent généralement vers 6h30 le matin, et les derniers s’achèvent après 22h. Cette forte activité au sein de la patinoire témoigne donc d’un attrait important de la part des angevins concernant les sports de glace. 

Par ailleurs, lors des matchs des Ducs d’Angers, Michael Juret affirme que le complexe sportif est capable d’accueillir plus de 1 000 personnes. Que ce soit en famille ou entre amis, nombreux sont les habitants d’Angers et de ses alentours qui viennent supporter les couleurs de leur ville et de leur équipe. Mais avec une telle affluence, la patinoire se doit d’être réaménagée afin d’accueillir convenablement tous ses visiteurs. C’est ainsi qu’est né le projet d’une nouvelle patinoire : l’Angers IceParc.

L’Angers IceParc, un projet innovant voué à dynamiser la ville

Etant donné que la patinoire Haras ne parvenait plus à répondre aux besoins de la ville, le choix de la construction d’une nouvelle patinoire est apparu comme étant la solution adéquate. Cette nouvelle patinoire devrait ouvrir ses portes à partir du mois de septembre 2019.

Un lieu stratégique pour la ville

La patinoire du Haras étant située au centre de la ville, le projet d’une nouvelle patinoire visait aussi à dynamiser des quartiers moins centraux, capables d’attirer de nombreuses personnes au fil dans ans. C’est ainsi que le Quai Saint-Serge a été choisi pour accueillir ce nouveau complexe sportif. Ce quartier, situé non loin du pont Confluences, dispose déjà d’un complexe culturel avec le cinéma multiplexe. Il est actuellement en pleine transformation et offre déjà un accès au tramway. Les friches industrielles historiquement présentes disparaissent donc peu à peu, afin de laisser la place à des espaces culturels et sportifs essentiellement axés sur la jeunesse angevine. Ainsi, en plus du cinéma déjà présent et de la patinoire en cours de construction, le quartier disposera aussi d’un campus et d’un skate park de plus de 1 000 m².

Des activités très développée

Avec un quartier actuellement en pleine construction, le complexe de la nouvelle patinoire sera en mesure d’accueillir plus de 3 500 personnes. De plus, elle disposera de deux pistes. L’une sera consacrée au grand public et aux amateurs, tandis que l’autre sera aux normes des pistes olympiques et servira ainsi aux professionnels.D’après Michael Juret, les activités sur glace seront plus nombreuses et permettront de profiter d’un espace plus agréable pour tous.

Comment fabrique-t-on la glace d’une patinoire ?

Comme on peut généralement l’observer, la piste d’une patinoire est essentiellement composée de glace. Cependant, sous cette couche lisse et praticable, se cache un système bien spécifique, capable de maintenir la glace à la bonne température. En effet, sous la couche de glace, sont disposés de nombreux tuyaux dans lesquels circulent un liquide réfrigérant. Ce liquide est en mesure absorber la chaleur facilement. Ainsi, la glace est générée en arrosant d’eau ces tuyaux de façon abondante, ce qui permet à la glace de se former.

Une fois que la glace est formée, il faut parvenir à la maintenir dans cet état, généralement située autour des -3 degrés. Et pour se faire, il est nécessaire de refroidir de manière constante cette glace grâce à un liquide très froid, appelé fréon. Ce liquide réfrigérant présente une température d’environ -6 degrés. Cependant, comme la plupart des liquides réfrigérants, le fréon est capable de s’évaporer facilement, même à une très basse température.

Ainsi, le fréon alimente les tuyaux situés sous la glace en absorbant la chaleur de la piste. Cette dernière perd alors quelques degrés et se maintient dans son état de glace. Cependant, le fréon, en ayant absorbé de la chaleur, il se modifie et passe à l’état gazeux. Le fréon à l’état gazeux est alors récupéré afin de le transformer à nouveau dans son état liquide. Pour se faire, le fréon est compressé puis condensé avant d’être à nouveau injecté dans les tuyaux situés sous la glace. Ce circuit fonctionne alors de manière continue. 

 

Juret

Contact

Retrouvez moi sur les reseaux sociaux